Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:11

Il ne faut pas tourner autour du pot : c’est la Bérézina

Le parti socialiste subit une déroute nationale impactant toute la gauche, mise  sans distinction, dans le même sac.

Les socialistes perdent des électeurs, des élus, des cantons des départements et des gouvernances. Quand, dans quelques endroits, ils résistent,  ils le font en reculant et en perdant une grande partie de l’électorat.

Mais, bien entendu, ils ne sont pas responsables, comme s’il avait une capacité génétique à trouver chez les autres les causes de leur propre échec.

Hollande, Valls, la direction nationale du PS, mettent la déroute sur le compte de la division de la gauche. L’argument est trop rapidement asséné  et trop facile. Et pas avéré du tout.

Prenons l’exemple proche de nous du canton de la Presqu’île.

En 2004 : Ps, Pcf et verts se présentent séparés. Seul, le Ps recueille 54 % dès le  premier tour. Ps élu.

En 2011 : Ps, Pcf et verts se présentent séparés. Seul, le Ps recueille 53 % dès le  premier tour. Ps élu.

En 2015 : Ps et verts se présentent ensemble et Pcf séparé. Allié au Verts, le Ps recueille  32 % au premier tour et 48% au second tour. Ps battu malgré l’union. C’est donc l’électorat qui n’a pas été au rendez-vous.

Donc, il faut chercher ailleurs

Cet ailleurs, il est dans le rejet de la politique économique et sociale du gouvernement Hollande et Valls soutenu par le parti socialiste et la  grande majorité de ses élus, députés et sénateurs.

A force de voir valider les options libérales qui satisfont les milieux financiers et voir se déliter la vocation sociale et progressiste de la gauche, l’électorat se fâche, s’éloigne, au mieux se réfugie dans la résignation et l’abstention, au pire, dérive, loin de ses intérêts, vers la droite et l’extrême droite.

Et Valls ressort l’épouvantail qui rappelle la campagne d’affichage socialiste de 1985

Au secours la droite revient

Ce n’est pas un bon présage car les législatives qui ont suivi en 1986 ont été une déroute pour le Ps et la gauche par extension.

La claque
Partager cet article
Repost0

commentaires