Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 10:58
70e anniversaire du 8 mai 1945

Quoi de plus normal et légitime que de commémorer cette date anniversaire mettant fin en Europe à un conflit armé meurtrier avec son corollaire de souffrances et de privations. Notre commune n’a pas failli à son rôle. Il faut même lui accorder le mérite d’avoir pris en compte une démarche et exigence citoyenne en organisant le 9 mai une initiative associant déportés et fusillés. La présence de nos camarades de l’association du souvenir des Fusillés de Souge et de Guy Châtaigné, résistant déporté aura marqué le 70e anniversaire à Carbon-blanc et ce n’est que justice.

Et il y a les discours du 8 mai 2015 qui s’additionnent. Le message du Ministre, l’intervention du maire, celle du conseiller départemental. Cette superposition est –elle nécessaire ? Pas vraiment ! Chaque intervenant met l’histoire à sa main de façon plus ou moins construite. Certes, on ne peut pas tout y dire mais le non-dit est éloquent car il y a des silences qui en disent long et contribuent à l’oubli.

N’exigeons pas d’eux qu’ils évoquent la place prise par les communistes français dans la résistance mais comment ne pas relever l’impasse totale faite sur l’apport décisif de la victoire de l’armée rouge à Stalingrad et la prise de Berlin.

Comment ne pas noter l’absence de référence à l’investissement des combattants et résistants étrangers dans la libération de la France.

A côté des silences, il y a les raccourcis tout aussi nocifs. Comment accepter l’évocation des pleins pouvoirs accordés à Pétain le 10 juillet 1940, sans plus de précisions, comme l’a fait le conseiller départemental ? Faudrait-il se limiter à savoir que 80 parlementaires les ont refusés ? Certes, cela est vrai mais c’est un peu court en termes historiques. N’est-il pas mieux de savoir qui sont les parlementaires et combien, qui ont sacré Pétain, ajoutant la défaite morale et politique à la déroute militaire ?

Alors, disons les choses autrement sur ce 10 juillet 1940 ou sont présents en assemblée nationale 669 parlementaires (426 députés et 243 sénateurs).

Si on va à l’essentiel, il faut dire que 357 députés et 212 sénateurs, soit en tout 569 ont voté pour le régime de Vichy et que 57 députés et 23 sénateurs soit en tout 80 ont voté contre. C’est cela qui fera les titres des journaux de l’époque y compris le journal la France de Bordeaux (voir image jointe).

Si on entre dans le détail, il faut ajouter que sur les 569 votes en faveur des pleins pouvoirs, 286 sont de gauche ou centre gauche et 283 sont de droite ou centre droit. Sur les 80 votes hostiles aux pleins pouvoirs, il y a 73 gauche ou centre gauche et 7 de droite ou centre droit.

Si on va encore plus loin dans le détail, il faut préciser que sur les 124 parlementaires Sfio présents (sur 167), 85 votent Pétain mais 36 votent contre (les frondeurs de l’époque) et 3 s’abstiennent. Autre précision historique : parmi les 36 votes Sfio contre Vichy, figure un député de Gironde Sfio, nommé Gaston Cabanes, dont le nom a été donné à une rue de Carbon-blanc.

Une précision sur les 61 députés et sénateurs communistes : membre du Pcf, parti interdit depuis septembre 39. Déchus de leurs droits par le gouvernement socialiste et radical socialiste, ils ne peuvent ni siéger, ni voter.

En conclusion, mettre à juste titre en avant le fait que seulement 80 parlementaires ont sauvé l’honneur de la France présente l’effet pervers de passer sous silence que 569 l’ont bradé. En confiant les pleins pouvoirs à Pétain, l’union sacrée d’une majorité de députés et sénateurs de droite, de la SFIO et des radicaux socialistes de l’époque a tué la République. Mais l’Histoire n’était pas terminée.

Partager cet article
Repost0

commentaires