Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:38

Quel être humain normalement constitué restera insensible devant l’image d’un enfant de trois ans noyé, balloté par les vagues ? Le choc prend à la gorge jusqu’à être le déclencheur d’une vision plus large de tous ces réfugiés fuyant la guerre, les persécutions et les massacres. Oui, il y urgence à les accueillir et à les secourir sans distinction de pays d’origine, de nationalités et de croyances religieuses (ou sans).

Là se trouve l’émotion qui conduit toux ceux qui placent l’Humain d’abord, à mettre en avant la générosité individuelle contribuant à la solidarité collective en faveur de ces populations meurtries.

Qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Pourquoi ? Ont-elles vocation à partir et à laisser tout derrière eux ?

Ils sont pluriels et multiples venant de pays divers qu’ils abandonnent pour fuir persécutions et massacres.

C’est là que l’émotion doit laisser place à la raison. C’est là que l’action légitime de solidarité en faveur de ceux qui fuient le malheur ne doit pas faire oublier tous ceux qui restent, souvent les plus pauvres et les moins éduqués. C’est là que l’action d’accueil légitime doit se conjuguer avec l’action pour la paix. 

Nos dirigeants français (et leurs alliés occidentaux et étatsunien), toujours porteurs des nostalgies colonialistes, sont englués dans des conflits armés sans issues militaires.  Au nom de la démocratie occidentale, ils détrônent des dictateurs souvent laïques au bénéfice de dictature religieuse. Ils s’arrogent le rôle de gendarmes du monde, pour des raisons géopolitiques de domination qui à la couleur de l’argent et l’odeur du pétrole. A ce stade, deux  questions valent d’être posées : qui fabrique et vend les armes et qui achète le pétrole ? Pourquoi y-a-t-il toujours de quoi financer les guerres ?

En conclusion, si l’émotion nous conduit à juste titre à l’action solidaire pour l’accueil des réfugiés, la raison doit nous conduire à déployer encore plus d’énergie dans le combat à mener en faveur de la Paix partout dans le monde.

Dans le cas contraire, nous resterions au milieu du gué, condamnés à subir la détresse humaine et les cortèges qui la fuient.

Voilà pourquoi le 21 septembre je participerai à la journée internationale pour la paix.

Voilà pourquoi, nous devrions y être des millions.

Emotion n’est  pas  raison
Partager cet article
Repost0

commentaires