Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 19:53
Le reniement de l'engagement 50

Eh bien, c’est raté. Encore un reniement d’engagement électoral pris pour tirer des voix. On appelle cela comment en langage juridique : publicité mensongère, tromperie sur la marchandise, etc. Et c’est passible de quelle peine ? Colère, dégout, rejet, abstention ?

Mardi soir,  3 novembre, lors d’une conférence à Sciences-Po, Manuel Valls a usé d’une vigueur toute particulière pour enterrer définitivement l’engagement n° 50 du candidat Hollande, celui d’accorder le droit de vote aux étrangers extracommunautaires lors des élections locales.

Voilà une nouvelle reculade qui ne peut que contribuer à alimenter la division à gauche.

Fermer la porte à un exercice essentiel de la citoyenneté aux millions d’étrangers non communautaires aux élections locales n’est pas responsable, ont dénoncé les sénateurs communistes.

La majorité des États de l’Union européenne (15 sur 27) ont déjà étendu ce droit, aux étrangers présents sur leur sol. Et c’est en France, dans le pays des droits de l’homme, sous un gouvernement qui se qualifie de socialiste que cet engagement est enterré, alors qu’il pourrait devenir une fierté.

Les communistes de Carbon-blanc restent fidèles à leur vote du conseil municipal du 20 juin 2013 par lequel il soutenait le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les étrangers extracommunautaires résidant légalement sur le territoire depuis au moins cinq ans.

Vœu adopté par 26 voix contre 2 (élus de droite)

Précision : pour justifier leur rejet de ce vœu, les élus de droite de l’ancienne mandature s’appuyaient sur le fait que la citoyenneté en France a toujours été liée à la nationalité, ajoutant  « C’est un acquis de la Révolution » voir pv cm du 20 juin 2013.

Cet argument est contestable si l’on se réfère à la Constitution de 1793, dans son article 4 :

"Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ;- Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année - Y vit de son travail - Ou acquiert une propriété - Ou épouse une Française - Ou adopte un enfant - Ou nourrit un viellard- Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Cops législatif avoir bien mérité de l'humanité - Est admis à l'exercice des Droits de citoyen grançais"

En 1793, c’était déjà  l’Humain d’abord.

Partager cet article
Repost0

commentaires