Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 17:20

 

Le 28 aout est le jour de célébration de la libération en 1944 de Bordeaux et des communes environnantes. Tel est le cas notamment de ma commune, Carbon-blanc et celui de Cenon. Dans cette dernière commune,  le journal Sudouest dans ses parutions des 2, 4et 25 aout, évoque au travers de trois noms de rue, la vie et la fin tragique de trois citoyens. (Voir coupures de presse)

Il s’agit de Camille Maumey, de Lucien Granet et de Jean, Louis Mondaut, tous trois militants communistes, tous trois arrêtés par la police de Vichy, respectivement les 24 novembre 1940, 14 décembre 1940 et 22 novembre 1940, tous trois internés à Mérignac, tous trois fusillés à Souges le 24 octobre 1941.

Saluons et remercions la correspondante locale de presse du journal Sudouest pour son initiative.

N’oublions pas deux autres militants du Pcf qui ont aussi donné leur nom à des rues de Cenon, à savoir :

Albert Dupeyron, arrêté le 28 juillet 1942 et fusillé à Souges le 21 septembre 1942.

René Michel, dénoncé et arrêté le 23 novembre 1942, passé par les armes, en forêt de la Braconne, le 5 mai 1943.

Sans sombrer dans la nostalgie, ni vivre dans le passé, disons seulement pour plagier Karl Marx que « Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre »

Alors, autant faire de la pédagogie en utilisant ce relais mémoriel afin que les générations d’aujourd’hui construisent leur avenir. Et ce n'est pas trop de montrer la place prise par les militants communistes dans la Résistance dès 1940

Camille, Lucien, Jean Louis, Albert, René,

comme les 256 fusillés de Souges et ceux de France,

nous ne vous oublions pas.

·

Article réalisé par Michel Becerro

Cenonnais, ancien de cette école, maternelle et primaire, (années 1946 à 1951), ce n'est que plus tard que j'ai appris et approfondi les raisons du nom de cette école et le parcours dramatique de Camille Maumey, fusillé l’année de ma naissance.

 

Information complémentaire 

On peut lire sur le site de la ville de Cenon dans la rubrique La vie municipale de 1939 à 1945

« 25 février 1945 : Le conseil décide qu’en souvenir des malheureuses victimes de la Gestapo, les noms des quatre fusillés de Cenon seront donnés aux rues où ils habitaient avant leur arrestation.
    - Rue Denise : Rue Lucien Granet
    - Rue Brulevin : Rue Louis Mondaut
    - Rue de la Chabanne : Rue René Michel
    - Rue Testaud : Rue Albert Dupeyron
Les plaques des rues porteront la mention « fusillés par les boches 1939-1944 ».
De plus, le groupe scolaire du Bas Cenon est dénommé Groupe scolaire Camille Maumey en souvenir de cet instituteur de Cenon lâchement fusillé par les allemands. » 

Précision: Elisabeth Dupeyron, épouse d’Albert Dupeyron (voir la fiche) a également donné son nom à une voie à Lormont : le quai Elisabeth Dupeyron.

Sources : journal Sudouest du 2 août 2018 - les 256 de Souges page 54

Sources : journal Sudouest du 2 août 2018 - les 256 de Souges page 54

Sources : journal Sudouest du 4 août 2018 - les 256 de Souges page 50

Sources : journal Sudouest du 4 août 2018 - les 256 de Souges page 50

Sources : journal Sudouest du 25 août 2018 - les 256 de Souges page 56

Sources : journal Sudouest du 25 août 2018 - les 256 de Souges page 56

Sources : les 256 de Souges page 125

Sources : les 256 de Souges page 125

Sources : http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article157597

Sources : http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article157597

Sources : http://www.fusilles-souge.asso.fr/

Sources : http://www.fusilles-souge.asso.fr/

Partager cet article
Repost0

commentaires