Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

6 septembre 2019 5 06 /09 /septembre /2019 10:53

Les privatisations, ce n’est jamais bon, ni pour nous, ni pour le pays Les seuls qui en profitent ce sont les actionnaires qui rachètent à bas prix les biens publics et réalisent un maximum de profit sur notre dos. On le voit bien avec les autoroutes et les tarifs de l’électricité (+50 % en 10 ans). Les privatisations en France, c’est aussi des dizaines de milliers de suppression d’emplois.

Pourquoi faut-il s’opposer à la privatisation des aéroports de Paris !

Une aberration stratégique

ADP est la première entreprise aéroportuaire du monde. 86 % des aéroports mondiaux sont publics. Les aéroports de Paris sont la première frontière du pays avec 107 millions de passagers.

Un contre-sens économique

ADP est une entreprise rentable qui rapporte de l’argent à la France : C’est 600 millions de bénéfices  (+22 % en 2017) et 132 millions de dividendes versés à l’État en 2018. C’est aussi la 2e valeur boursière publique derrière EDF. L’État aurait à indemniser les actuels actionnaires d’ADP à hauteur de 1 milliard pour pouvoir privatiser.

Un danger écologique

Privatiser ADP privera l’État de marges de manœuvre en matière de régulation du transport aérien très polluant ou de développement du Grand Paris et créera de fait un lobby privé très puissant qui s’opposera à toute politique écologique.

Un enjeu de démocratie

C’est inédit en France : le peuple peut se donner les moyens de se prononcer sur une privatisation. En effet, pour la première fois sous la Ve République, la procédure du Référendum d’Initiative Partagée (RIP) a été lancée par le vote de 248 parlementaires (dont la totalité des députés (15) et sénateurs (16) communistes) de tous les courants politiques (sauf LREM) et validée par le Conseil constitutionnel. Cependant, pour obtenir ce référendum et pouvoir se prononcer pour ou contre la privatisation d’ADP, nous devons recueillir plus de 4 717 396 signatures, soit 10 % des électrices et électeurs en France, et ce avant le 12 mars 2020.

Usez de votre pouvoir de soutenir la demande  de l’organisation d’un référendum sur la privatisation d’ADP ou de son maintien dans le giron public.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires