Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 14:18

clara zetkin copieRévolutionnaire allemande, responsable du Parti social-démocrate puis dirigeante du nouveau Parti communiste d’Allemagne peu après sa fondation, Clara Zetkin a toujours associé la cause des femmes à celle du socialisme.

Née en 1857, près de Leipzig, dans une famille d’instituteurs admirant la Révolution française, Clara Eisner devient à son tour enseignante. Mais son ralliement précoce aux idées socialistes (elle adhère en 1881 au Parti social-démocrate nouvellement créé), sous l’influence notamment du marxiste russe Ossip Zetkin dont elle porte désormais le nom, l’oblige à quitter l’enseignement et l’Allemagne bismarckienne. A Zurich puis à Paris, le couple survit par des petits travaux de traduction, et fréquente les milieux socialistes et Louise Michel. Au congrès fondateur de l’Internationale socialiste en 1889, elle présente un rapport sur les femmes travailleuses, qui réclame la complète égalité sociale et professionnelle.

Veuve d’Ossip, elle rentre en Allemagne et s’établit à Stuttgart où le droit d’association et de réunion est reconnu aux femmes. Hostile au féminisme bourgeois, elle milite au Parti social-démocrate et fonde en 1892 le journal Gleicheit (L’Égalité), qui avec plus de 120 000 exemplaires est pour longtemps le plus important journal féminin au monde. A la tête du secrétariat international des femmes au sein du mouvement socialiste depuis 1907, elle fait adopter en 1910 l’organisation chaque 8 mars d’une journée internationale des femmes.

Liée de longue date à Rosa Luxemburg, elle s’oppose en 1914 à la guerre, et organise en 1915 à Berne une conférence internationale des femmes qui dénonce le conflit mondial. Emprisonnée à deux reprises, libérée pour raisons de santé, elle reprend ses activités et participe à la fondation du groupe Spartakus (1916) puis du Parti social-démocrate indépendant (1917).

Admiratrice de la Révolution russe, elle rallie en 1919 le jeune Parti communiste dont elle devient une dirigeante, et en 1920 députée. C’est elle qui, venue clandestinement, en décembre 1920, à Tours, exhorte les socialistes français à rejoindre l’Internationale communiste. Dirigeant le secrétariat féminin de l‘Internationale, elle marque par ailleurs ses réticences devant les orientations du Parti communiste allemand. Elle préside alors le Secours Rouge, mais son état de santé l’oblige à restreindre ses activités et à demeurer souvent en URSS. Doyenne d’âge du Reichstag élu en 1932, elle prononce alors un réquisitoire contre le nazisme et appelle à l’union de toutes les forces socialistes contre Hitler…. Elle meurt peu après à Moscou en juin 1933.

Article réalisé à partir des sources du Maitron - mb

Partager cet article
Repost0

commentaires