Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 09:46

Voilà bientôt quatre mois que François Hollande et son gouvernement sont aux manettes. Pour quel bilan ? C’est selon.

L’électorat François Hollande du premier et second tour qui s’est manifesté essentiellement pour que Sarkozy dégage peut se satisfaire du bilan.

L’électorat de gauche et surtout les communistes avec le Front de gauche, c'est-à-dire tous ceux qui ont voté pour que ça change vraiment restent sur leur faim.

Ah ces cocos ! Jamais contents ! Encore cocus ? Et pas contents !

Précision : un cocu, c’est quelqu’un qui est trompé, pas quelqu’un qui se trompe.

De fait, le bilan est pour l'instant largement insatisfaisant : beaucoup d'agitation et peu d'actes du côté de PSA et de l'avalanche de plans de licenciement ; rien sur la renégociation du traité européen Merkel/Sarkozy ; un CDI à durée déterminée pour les jeunes. Certes, il y a l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire mais elle existait déjà. Certes, il y a l’augmentation du SMIC mais le coup de pouce de 0,6 % est plus que symbolique. Certes, il y a la retraite à 60 ans pour les salariés… mais ce n’est qu’un retour très partiel sur ce qui existait avant la casse Sarkozy. Certes, il y a la baisse (dérisoire et provisoire) de l’essence mais ce n’est pas le blocage promis par le candidat Hollande. Et dommage que cette décision intervienne après que des millions des Français aient fait leur plein pour leur départ et leur retour de vacances. Certes,  il y a deux augmentations à venir successives de 25% du plafond du livret A mais le programme prévoyait le doublement immédiat d’une épargne qui permet la construction de logements sociaux.   marchés financiers

Au lieu de passer à la vitesse supérieure, le gouvernement ralentit et en plus il fait risette au MEDEF. Pendant la campagne, l’ennemi clairement désigné, c’était la Finance. Franchement aujourd’hui, on ne voit pas  les marchés financiers inquiets des mesures du gouvernement à leur encontre.

Les atermoiements du gouvernement Ayrault ne font pas une politiquecapable de répondre aux attentes sociales qui sont nombreuses en cette rentrée.  

La gauche se doit de réussir en mettant fin à cette politique d'austérité à laquelle le FMI et l'Union européenne veulent nous condamner et qui produit les dégâts sociaux que l'on connaît en Grèce ou en Espagne. Il nous faut changer de braquet sous peine de voir la situation sociale se dégrader encore plus. Pour cela, les communistes et leurs élus avec le Front de gauche continuent à proposer les solutions de sorties de crise développées dans leur programme.  

Partager cet article
Repost0

commentaires