Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:42

La fin du cumul des mandats, c’est 2017.  C’est quatre ans de gagnés pour les rentiers du cumul.

Pourquoi seraient-ils pressés  de mettre fin à leur addiction à la confiture?  Derrière le cumul des mandats, se cache le cumul des pouvoirs avec ses réseaux de bénéficiaires courtisans. Derrière le cumul des mandats et des pouvoirs se camoufle le cumul des indemnités. Même plafonnées, les indemnités cumulées sont des revenus  confortables comparés au salaire moyen, aux smicards et aux retraités, sans parler de la comparaison avec les milliers de bénévoles associatifs et syndicaux. La seule chose que les militants syndicaux cumulent, ceux sont les désagréments dans leur vie professionnelle : blocage de la rémunération et du déroulement de carrière professionnel, sanctions pour activité syndicale jusqu’au licenciement.     

Vite, une république exemplaire ? J’ai envie d’y croire même si j’ai du mal à comprendre pourquoi des millions d’électeurs hostiles au cumul des mandats, des pouvoirs et des indemnités votent massivement pour des cumulards. Feraient-ils partie de ceux qui disent « si j’étais à leur place, je ferais pareil ».

Auquel cas, il y a peu de solutions mais je ne m’y résous pas.

De plus, je suis assez fier de savoir que les élu(e)s communistes ont des règles de conduite, fier de savoir qu’ils ou elles ne tirent pas de revenus supplémentaires de leur mandat. (Article 15.2 des statuts du Pcf).

Indépendamment de leur cotisation d’adhérent-es, elles et ils prennent l’engagement de reverser leurs indemnités au parti : à l’association nationale de financement pour les parlementaires, aux associations départementales de financement pour les élus territoriaux ou locaux.

Par cette cotisation d’élu-e, les élu-e-s communistes participent ainsi à la mutualisation des moyens sur le territoire concerné.

Le Parti contribue à leur assurer les moyens nécessaires à l’exercice de leur mandat, après débat avec les intéressé-e-s. Si elles ou ils doivent réduire ou suspendre leur activité professionnelle, elles et ils conservent une indemnité compensatrice – établie en toute clarté avec les instances concernées.

  Michel Becerro, Carbon-Blanc, 12 avril 2014   

Partager cet article
Repost0

commentaires