Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 15:24

huma riches +25%Au moment où le gouvernement se contorsionne pour annoncer les « efforts » supplémentaires auxquels il faudrait s’astreindre pour grappiller quelques euros sur les prochaines années et « sauver » le système des retraites, Challenges publie son classement des Français les plus riches. Et pour eux, ça va scandaleusement bien.

Avec 330 milliards d’euros, la fortune des 500 Français les plus riches a augmenté de 25 % en un an, alors que le reste du pays entrait en récession. Le nombre de milliardaire français a d’ailleurs augmenté, de 45 l’an passé à 55 cette année. C’est Liliane Bettencourt , l'héritière de l'Oréal, qui a connu la plus belle croissance de patrimoine, talonnant Bernard Arnault PDG de LVMH, pour la plus grosse fortune française. Cette nonagénaire a gagné près de 8 milliards d’euros en une année, avec une fortune maintenant évaluée à 23,2 milliards.

En 10 ans, la fortune de ces 500 nantis a été multipliée par 4 et les dix premiers du classement ont vu leur fortune croître de 30 milliards en douze mois, pour atteindre 135 milliards.

Dans le contexte d’austérité généralisée imposée aux classes populaires de nombreux pays, en Europe notamment, on se demande si le plus choquant est la progression du nombre de ces milliardaires ou l’explosion spectaculaire de leur fortune globale. Sans doute les deux ! Car lorsque le magazine Forbes avait publié sa première liste de ce genre, il y a vingt-sept ans, on comptait alors seulement 140 milliardaires, dont la fortune cumulée était évaluée à 295 milliards de dollars. Les 1 426 super-riches de 2013 ont, eux, accumulé quelque 5 400 milliards de dollars (contre 4 600 milliards l’an dernier). C’est désormais prouvé : pendant leur « crise », les affaires continuent... pour eux.

Partager cet article
Repost0

commentaires