Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 17:36

vote jlmLe 12 mars sur Europe  1, Manuel Valls, directeur de la communication de François Hollande n’y va pas par quatre chemins en déclarant : « Pour que François Hollande l’emporte, pour qu’il rassemble les Français au deuxième tour, il faut qu’il soit le plus haut possible au premier tour ».

Et voilà revenu au goût du jour, le fameux vote utile repris en chœur et en boucle par le candidat et les dirigeants nationaux et locaux du PS.

Que chacun veuille voir son candidat être bien placé, le mieux placé pour gagner est légitime. Que cela conduise à classifier les votes des citoyens en utiles et inutiles cache mal une volonté méprisante et un réflexe hégémonique.

Le seul vote utile, c’est celui de ses convictions et de sa liberté de soutenir le candidat et le programme de son choix.

Quant à l’idée, que pour gagner au second tour, il faut être le plus haut possible, voire être le premier au premier tour, c’est, d’une part, mal connaitre l’histoire et d’autre part, vouloir imposer un principe qui n’a rien de mathématique, ni de scientifique.

  • En 1974, François Mitterrand est premier au premier tour. Mais il est battu au second par Giscard. Motif : candidat unique de la gauche, il a fait le plein au premier tour et n’a plus de réserves.
  • En 1981, François Mitterrand est deuxième au premier tour. Il bat Giscard au second à partir de la réserve de voix de la gauche communiste 15,35 % Marchais.
  • En 1995, Lionel Jospin est premier au premier tour mais il est battu par Chirac au second  car les réserves à droite sont plus importantes. A gauche, les communistes ont été laminés par le vote utile (déjà) et à droite, Balladur dispose de 18 %.
  • En 2007, Royal est deuxième au premier tour et elle est battue par Sarkozy au second. Ses réserves à gauche sont faibles car le vote utile (encore lui) a siphonné les voix communistes alors que Sarkozy a pu puiser dans les 18 % de Bayrou.

Reste le coup de tonnerre du 21 avril 2002 avec l’élimination de Jospin (16,18%) et la présence de Le Pen (16,86%) au second tour. C’est le résultat de la division de la gauche socialiste avec une candidature des Radicaux de gauche (2,32%) et celle de Chevènement (5,33%) qui réduisent le score Jospin.

Le risque Front national ne s’est pas reproduit en 2007. Il n’aura pas lieu non plus en 2012. PS, Radicaux et Chevènement sont unis et l’écart est grand dans les intentions de vote entre Hollande 28/30, Sarkozy 28/30 et Le Pen 14/16…

    …. et plus le Front de gauche continuera à progresser, en gagnant sur les indécis et sur l’abstention, plus il reléguera Le Pen à la 4ème  place

    Alors, aucun cas de figure n’étant identique, la preuve est faite qu’il n’y a pas d’automatisme.

Tirons la conclusion qu’il vaut mieux dire que pour qu’un candidat de gauche l’emporte au second tour, il faut :

  • que chacun des candidats de gauche soit le plus haut possible au premier tour
  • que le candidat de gauche du second tour sache créer les conditions de rassemblement à partir d'un programme répondant aux besoins de la population car l’antisarkozysme ne suffira pas.

Voilà le seul chemin en 2012 pour ne pas renouveler le CDD de 5 ans du président sortant.

En tout cas, c’est ce chemin que je prendrai, le chemin d’un vote de conviction, le vote pour le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, porteur d’un programme qui ne cédera pas devant le clan des financiers, des experts en tout genre et autres spéculateurs pour mettre en avant l'humain d'abord

Michel Becerro Carbon-Blanc 4 avril 2012

Partager cet article
Repost0

commentaires