Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 22:38

manif 60ansC’est ce lundi 7 octobre que les députés ont entamé l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites. La discussion doit durer toute la semaine, avant un vote solennel du projet de loi le 15 octobre. A l’appel d’élus et de syndicats, opposés au projet et à l'allongement de la durée de cotisation, cette semaine sera rythmée par les résistances et les mobilisations.

Dans l’hémicycle, les députés communistes vont se battre. La durée du débat ne sera pas limitée, le groupe  ayant fait jouer le règlement de l'Assemblée pour s'opposer à un temps programmé  qui coupe court aux débats. Des centaines d'amendements ont été déposées pour montrer que d’autres choix sont possibles que d’allonger la durée de cotisation ou de taxer toujours plus les salariés, par exemple, taxer le capital et les profits,  moduler l’impôt sur les entreprises en fonction de leurs investissements dans l’emploi, les salaires.

Hors de l’Assemblée Nationale : hier 8 octobre, les retraités cgt dans les rues, jeudi 10 octobre à partir de 12h30, devant le ministère du Travail,  rassemblement à l’appel des syndicats Cgt, Fo, Fsu, Solidaires. Et surtout le mardi 15 octobre, journée du vote à l’Assemblée, le rassemblement sur le Pont de la Concorde, face à l’Assemblée à l’appel de Fo qui sera rejoint par le cortège  des autres organisations syndicales pour marcher vers l’Assemblée nationale.

 

A Bordeaux, ce sera Mardi 15 à 11h30, rassemblement place de la République  et manifestation vers la préfecture

 

L’affaire est grave. Pour la 6ème   fois en 20 ans, il est prévu de retarder le moment où un salarié peut liquider sa retraite. Dans le cas présent, la génération 73 devra cotiser 43 ans, ce qui l’amènera, compte tenu de son âge d’entrée au travail, à 67 ans minimum. (Ce chiffre  est à rapprocher de l'espérance de vie en bonne santé : 61,8 pour les hommes, 63,5 pour les femmes - insee 2011)

Voilà vingt ans, depuis les décrets Balladur, que les réformes s’enchaînent, durcissant toujours plus les conditions d’accès à la retraite sans pour autant résoudre le déséquilibre financier du système. Vingt ans que notre système par répartition se fragilise, que le niveau d’inquiétude des salariés pour leur avenir de retraité s’élève. Vingt ans que la confiance des jeunes dans ce système, clé de voûte de l’édifice, s’érode, aiguisant les appétits des marchands d’illusions des fonds de pension.

Devant un tel tableau, la raison aurait voulu que l’on prenne le temps d’organiser un large débat citoyen pour dresser un bilan, d’ouvrir une vraie négociation digne de cette question sociétale. Eh bien non !

La réforme Hollande/Ayrault, comme les précédentes, va  encore une fois répondre aux injonctions du Medef, au détriment des salariés et retraités. La différence est que les précédentes étaient le fruit de gouvernements de droite et que là, il s’agit d’un gouvernement « socialiste » porteur du slogan « le changement, c’est maintenant ».

Toutes les régressions de la réforme Fillon restent intactes et pour certaines, elles sont consolidées.

Nous avons pourtant le droit d’espérer autre chose. Lors de la précédente réforme des retraites, en 2010, de nombreux parlementaires socialistes s’étaient  mobilisés pour défendre le droit à la retraite à 60 ans et prouver qu’une autre réforme était possible. ps et retraites en 2010-1

Nous avons encore en mémoire les propositions qu’ils défendaient à l’époque. Tromperie hier ? Mensonge aujourd’hui ? Cliquez ici

Soyons attentif au vote de la députée socialiste de notre 4ème circonscription, Conchita Lacuey et au vote du sénateur de notre commune et canton, Philippe Madrelle.

Sinon, qui s’étonnera que le peuple de gauche soit écœuré, plonge dans le désarroi et se réfugie dans l’abstention politique.

Partager cet article
Repost0

commentaires