Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 15:25

rythmesPersonne n’aura oublié et les communistes, moins que personne, que la discussion sur les rythmes scolaires à Carbon-blanc, leur a valu d’être sanctionnés pour désaccord.

Rappelons-nous qu’au cours de la réunion du conseil municipal du 28 mars, les élus communistes avaient suggéré que la réforme soit reportée à la rentrée 2014.  Ce temps aurait été mis à profit pour construire  et affiner la mise en place des rythmes scolaires avec tous les acteurs concernés: municipalité, enseignants, parents, représentants des élèves, représentants des personnels de service et d'animation, associations locales, de façon multilatérale et interactive.

Notre suggestion  n’a pas été entendue et  la décision locale se traduit par une mise en place de la réforme dès la rentrée 2013. (Se référer à CB magazine de juillet 2013).

A quelques jours de la rentrée, nouvelle formule, la question n’est pas de savoir qui a eu raison de décider 2013 ou 2014. La question n’est pas de féliciter les uns et de blâmer les autres, d’être fier d’avoir décidé et de faire la leçon aux autres. La question n’est pas de savoir si « ceux qui veulent le bien des petits » ne sont que dans un camp.

Les vraies questions sont ailleurs : Peut-on avoir un avis différent, contradictoire sans courir le risque de la punition publique ?

Dans quelques jours, toutes les communes vont être mises à l’épreuve des faits, enfin pas toutes car seulement  17% des communes concernant 22% des élèves ont opté pour 2013 , les autres ayant reporté à la rentrée 2014. 

A Carbon-Blanc, les communistes souhaitent que les conditions  soient réunies et notamment celle du financement qui ne doit pas désengager l’Etat de la mise en place de sa réforme. Les éléments inconnus restent nombreux : quels contenus des ateliers ? Quel encadrement, quels effectifs, quelle formation, quel statut des personnels ? Quel coût pour les familles et les contribuables ? Quel va être le choix des parents à temps partiel du mercredi ? Et s'ils décident le retour à temps plein (ce qui serait compréhensible en termes de pouvoir d’achat), quel sera l’impact sur l’Alsh et ses capacités d’accueil ?

Partager cet article
Repost0

commentaires