Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 10:46

  Lendemain d’élection un peu pâteux, proche de la gueule de bois. Au moment de déception fait suite le temps de la réflexion : un « Marx » et ça repart.

Les candidats communistes et autres partenaires du Front de gauche n’ont pas gagné leur pari. Avec 6,91 % au niveau national, ils ne retrouvent pas les 11,1 de l’élection présidentielle. Certes, c’est mieux que les 4,3 % de 2007, mais insuffisant pour retrouver les 19 députés sortants et pour en gagner d’autres.

JL Mélenchon, lui-même, n’accède pas au 2ème tour pour faire face à Le Pen car il est devancé par un socialiste. Il a le droit d’être amer car lui et le Front de Gauche ont été bien seuls pour combattre les idées dangereuses du FN. Certes, il n’avait pas choisi une circonscription facile comme le font de nombreux parachutés de droite, verts ou socialistes.

Il en est ainsi du combat d’idées. Cela passe avant le confort, en tout cas, pour un communiste.

Au-delà des accords et des basses manœuvres des socialistes et des verts sur le dos de sortants communistes en région parisienne, le PCF et le FDG sont particulièrement victimes de la progression de l’abstention et du  phénomène d’appel à voter utile pour les candidats de la couleur politique du nouveau président.

Certes, officiellement, tous les partis se lamentent sur l’abstention y compris les hypocrites qui sont à l’origine de la mise en place du quinquennat (Giscard-Chirac-Jospin) adopté par référendum le 24 septembre 2000 avec 70 % d’abstention et de l’inversion du calendrier électoral plaçant les législatives après les présidentielles (Chirac-Jospin en 2000) et ceux qui ont voté pour (UMP et socialistes en février 2001).

C’est ainsi que l’assemblée nationale est banalisée, dévalorisée et que les députés du président vont continuer à s’accrocher à leur siège, au cumul des mandats et des indemnités qui vont avec. La candidate socialiste de notre circonscription en sait quelque chose.

La vie politique institutionnelle s’en trouve déformée. Sans les 4 millions de voix du Front de gauche, François Hollande ne serait pas président de la république et sans les reports des voix du Front de gauche, les députés PS ne seraient pas hégémoniquement majoritaires au Parlement. Le système est donc tel que ces 4 millions de voix de gauche ne vont pas être entendus à leur mesure dans le débat parlementaire.

En tout état de cause, le combat/débat politique se poursuit et nous ne lâchons rien de notre programme :    bandeau humain d'abord

 

Partager cet article
Repost0

commentaires