Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 11:10

mandela.jpgAcceptons-en l'augure !

Ci-dessous copie d'une lettre personnelle adressée par mes soins à la Ligue des droits de l'homme, section de Carbon-Blanc avec copie au maire de la commune.

« Ce jeudi 5 décembre, Nelson Mandela nous a quittés.

Il restera à jamais le symbole de la lutte pour la liberté et contre le racisme. Des millions de témoignage d’individus ou d’Etats saluent sa mémoire et lui rendent hommage. Il importe peu de savoir que leur nombre est inversement proportionnel (* voir note en bas de page),  au peu de soutien que le prisonnier politique obtenait du temps de ses 27 ans années de bagne et de la lutte contre le régime d’apartheid. 

L’essentiel est là : il a su faire reconnaitre la justesse de sa volonté d’unir tout un peuple dans sa marche vers la liberté et la fin d’un régime raciste.

Dans cette avalanche justifiée de communiqués, l’histoire et les étapes de sa vie vont être largement rappelées.

Mais, il en est peut-être une qui sera passée sous silence. Il s’agit de celle qui concerne l’attribution à Nelson Mandela du prix international des droits de l’homme Ludovic Trarieux.

Cette distinction créée en 1984 à Bordeaux par l’avocat français et bordelais Bernard Favreau commémore l’action de Ludovic Trarieux, avocat bordelais, fondateur de la Ligue des droits de l’homme.

La particularité de l’attribution de cette distinction réside dans le fait qu’elle a été attribuée, pour la première fois, à Nelson Mandela en mars 1985 alors qu’il était encore emprisonné et ce depuis 23 ans au bagne de Robben Island.

Elle a été remise à Bordeaux à l’une de ses filles Zenani en avril 1985.

La lutte des Sud-Africains et le soutien grandissant de l’opinion publique et des forces progressistes de la planète auront raison un peu plus tard du régime d’apartheid, quand le11 février 1990, Nelson Mandela sera libéré et poursuivra la lutte, jusqu’à devenir le président de l’Afrique du Sud.

La commune de Carbon-Blanc qui a eu la bonne idée de se doter d’un lieu commémorant Ludovic Trarieux, s’honorerait  de donner à un autre lieu d’importance, le nom de Nelson Mandela.

Michel Becerro, citoyen de Carbon-Blanc, le samedi 7 décembre 2013 »

 

Le 9 décembre, je reçois un message électronique de la présidente de la ligue des droits de l'homme le message lapidaire ci-après " Notre piscine intercommunale portera le nom de Nelson Mandela" sans aucunes autres explications, sur qui et quand a décidé.

Ne boudons pas notre plaisir, et si mon courrier a acceléré les choses, c'est tant mieux.

* Note de bas de page : Mon affirmation sur la différence de traitement entre hier et aujourd'hui à l'égard de Nelson Mandela est confirmée par le journal Sud-Ouest du mercredi 11 décembre, je cite :

" Et l'avocat (Bernard Favreau), 28 ans plus tard, se souvient d'une ambiance trés différente de l'unanimité d'aujourd'hui " Il était tout simplement vu comme un terroriste et un communiste. Les seuls à le soutenir étaient les défenseurs des droits de  l'homme et le Parti communiste. Pour entrer en contact avec l'ANC, il fallait passer par le PCF".

Eloquent ! NON

Partager cet article
Repost0

commentaires