Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du collectif des communistes du Canton de la Presqu'île

En cours d'écriture...

Merci de nous aider à faire connaitre ce blog et à l'enrichir par votre apport.

Visiteurs du blog

Il y a eu    visites depuis la création de ce blog.

Archives

Merci pour vos visites

Compteur Global

Liste D'articles

19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 18:19
Agir en France pour le rejet du CETA
Partager cet article
Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 18:14
L'Humain d'abord à Carbon-blanc

Distribution commencée jeudi et toujours en cours

Partager cet article
Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 18:13
Nous avons rendez-vous avec nos candidats
Partager cet article
Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 18:04
Macron, candidat produit du système
Partager cet article
Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 23:01

Il serait sorti de nulle part et pour beaucoup, il serait le candidat anti système, porteur du renouveau et d’une parole rafraichissante.

Sorti de nulle part, parlons- en. En fait, pas tout à fait de nulle part, car sorti de l’Ena, vous savez cette école, sensée préparer les cadres supérieurs de l’administration de notre pays mais qui, en fait, prépare des ambitieux à diriger les partis politiques porteurs de la pensée unique de gestion du capitalisme.

Ils apprennent vite à lire le bas du bilan à partir de la même règle à calcul : combien coûte le travail et combien rapporte le capital ? L’Adn qui leur est administré leur interdit d’imaginer l’inverse : combien rapporte le travail et combien coûte le capital. ?

Ils dérivent vite vers un choix politique porteur, ou vers les salons dorés et feutrés des directions générales des grandes entreprises, sans passer par la case emploi et jamais par la case Pôle emploi, ni pour eux, ni pour leurs proches. Vous avez dit : Liberté, Egalité, Fraternité.

Candidat anti système sorti de nulle part, non pas tout à fait car dès 2007, il est rapporteur de la commission Attali, mise en place par Sarkozy.

Candidat anti système sorti de nulle part, non pas tout à fait car sorti de la Banque Rothschild, haut-lieu de la finance et du monde des affaires. En fait, nous ne saurons jamais si un beau jour de mai 2012, c’est Rothschild, qui a servi Macron sur un plateau à Hollande ou si c’est Hollande qui est allé se servir chez Rothschild, pour en faire, d’abord le secrétaire général adjoint de l’Elysée, puis en 2014, son ministre de l’économie, futur utilisateur du 49-3.

Candidat anti système sorti de nulle part, enfin presque, car, tel un chouchou du patronat, il fait la une des titres de presse unanimes dont 90 % appartiennent à une panoplie de 9 milliardaires. Les capitaines du capitalisme industriel, détenant les médias ont désigné leur candidat, issu du capitalisme financier. Ils sont fidèles à leur stratégie : avoir deux fers au feu pour maintenir leur domination et au moment décisif, en privilégier un en sacrifiant l’autre.

« Il vaut mieux être du côté du manche ». Cela semble être le chemin choisi par beaucoup de dirigeants et d’élus politiques de gauche comme de droite, ou ni gauche ni droite, autant de gauche que de droite. Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent.

Partager cet article
Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 22:34

A deux mois de l'élection présidentielle, les jeux ne sont pas faits. C’est aux électeurs d’écrire l’histoire. Ils ont leur mot à dire et peuvent déjouer tous les scénarios mis en place.

L’avenir et le progrès ne sont pas du côté des sortants du quinquennat, ni chez les revanchards de droite, extrême ou non.

Rien n'est donc joué, mais rien n'est gagné. La victoire d'une politique de gauche reste à construire. C’est ce à quoi les communistes veulent contribuer.

Après des débats passionnés, les communistes ont voté et décidé :

· de s’engager aux présidentielles en appelant à voter pour Jean-Luc Mélenchon car son programme porte une grande partie des propositions de gauche alternative à l’austérité,

· De mener une campagne autonome, critique et constructive,

· De présenter ou de soutenir partout en France leurs candidat-es-s aux élections législatives.

Ils appellent à amplifier la campagne contre la droite et l’extrême droite.

Ils appellent à amplifier la campagne pour démasquer Macron, dont le projet libéral a aujourd'hui le large soutien des milieux d'affaires et des banques.

Ils appellent à amplifier la campagne de rassemblement engagée par les communistes autour des propositions de « La France en commun », dans l'élection présidentielle et dans toutes les circonscriptions en vue des élections législatives.

Il ne faut pas oublier ou ignorer qu’avec notre Constitution telle qu’elle est, c’est le Parlement qui vote la loi, pas le Président, d’où l’importance de ne pas avoir une chambre « aux ordres ».

Les élections législatives sont plus que jamais une étape essentielle pour construire une majorité qui vote des lois, au nom et en faveur du peuple !

Nous n'avons pas besoin de député-e-s fillonistes qui sacrifieraient la Sécurité sociale, de député-e-s macronistes qui voteraient une nouvelle loi d'ubérisation du travail, de député-e-s lepénistes qui fouleraient aux pieds les valeurs de la République. Nous n’avons pas besoin de député-e-s socialistes, adeptes du 49-3, qui feraient passer des textes indignes de la gauche.

Nous avons besoin de député-e-s communistes-Front de gauche, décidé-e-s à combattre le pouvoir de la finance et à écrire des lois d’intérêt général et d'émancipation humaine.

Partager cet article
Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 22:30

CETA, le Parlement doit être consulté - vendredi, 3 février 2017

L'Assemblée nationale a adopté la proposition de résolution européenne portant sur le traité de libre-échange signé entre l'Union européenne et le Canada (CETA) présentée par les député-e-s Pcf/Front de gauche.

Le texte prévoit de consulter en urgence le Parlement avant la mise en œuvre provisoire du CETA (prévue le 1er mars) et de soumettre sa ratification à la volonté populaire via l’organisation d’un référendum.

Egalité professionnelle femmes et hommes - vendredi, 3 février 2017

L’Assemblée nationale a adopté une partie de la proposition de loi déposée par les député-e-s Pcf/Front de gauche conduisant à l’allongement de la durée du congé maternité de 16 à 18 semaines et le relèvement du congé paternité de 11 à 14 jours.
Au-delà des discours, ce sont bien les actes qui permettront aux femmes d’avoir de nouveaux droits sur lesquels s’appuyer pour voir leur situation avancer.

Revalorisation des retraites agricoles - jeudi, 2 février 2017

L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité la proposition de loi des députés Pcf/Front de gauche visant à assurer la revalorisation des retraites agricoles à 85% du smic net au 1er janvier 2018, au lieu des 75 % prévus par le droit actuel. Cette mesure répond à une revendication forte des associations de retraités et des syndicats agricoles.
La seconde mesure est consacré à la revalorisation des pensions de retraites aux salariés agricoles des territoires d’outre-mer.

Signal fort vers une COP fiscale et financière - jeudi, 2 février 2017

L’Assemblée nationale a adopté à une très large majorité la proposition de résolution des députés Pcf/Front de gauche appelant le Gouvernement français à être à l’initiative d’une «Conférence de la finance mondiale, l’harmonisation et la justice fiscale». Au Gouvernement de prendre ses responsabilités pour porter cette décision aux Nations Unies, conformément à la demande de la représentation nationale.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 16:10
La carte de visite des communistes du canton de la Presqu'île
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 19:00
Nous sommes une majorité
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:06

18 janvier 2017 18h15 à Carbon-blanc

30 participants : Ambarès, Ambès, Beychac, Carbon-blanc, Sainte-Eulalie, Saint-Louis de Montferrand

Les participants

Le collectif d'animation et les candidats

Introduction d’ouverture à la discussion

Il y a autour de nous une majorité de nos concitoyens qui a besoin de progrès social, écologique et démocratique et il y a aussi une majorité à le vouloir.

Ce nouvel élan de progrès est possible. C’est même la seule manière de sortir le pays de l’ornière dans laquelle les politiques d’austérité l’ont plongé.

D’un côté, les bas salaires, la pauvreté, le chômage et la précarité, les sans-toits, les sans-abris, les sans-travail, les sans-riens, les sans-espoirs.

De l’autre, les grands patrons qui accumulent les stock-options et les retraites chapeaux, les nantis, actionnaires qui se gavent, financiers qui s’engraissent, fraudeurs en cols blancs qui pillent nos richesses, les patrons voyous qui s’évadent. C’est ça qui abîme la France.

Nous ne l’acceptons. Nous voulons une politique qui relève la France, qui apporte à chacun le bénéfice du progrès pour une vie meilleure.

La solution, c’est une nouvelle politique qui change vraiment les conditions de vie, de travail, d’étude, qui améliore le pouvoir d’achat, en mettant fin au pillage et au gaspillage.

C’est en renouant avec de grands objectifs de transformation sociale, avec des utopies réalistes, que la gauche redeviendra utile et fidèle à son passé. Ex la sécu créée en 1945 au sortir de la guerre dans un pays exsangue.

La droite et l’extrême-droite ne préparent que reculs sociaux et destruction des solidarités.

Les cinq années du quinquennat Hollande-Valls ont subi trop de renoncements et de désillusions. Les propositions des candidats à la primaire du PS sont non seulement disparates voire contradictoires mais elles ne sortent pas du schéma de l’austérité et de la répartition de l’insuffisance. Bien malin qui peut dire ce qui va déboucher et dans quels sens.

Mais que cela ne nous déroute pas, car, quoiqu’il en soit, il n’y a qu’un chemin pour sortir de l’impasse :

  • celui du progrès social et de la solidarité,
  • le chemin d’une autre répartition des richesses, et peut-être faut-il au lendemain du rapport Oxfam davantage décortiquer cette formule pour lui donner du sens.

C’est ce chemin d’espoir que les communistes veulent construire en proposant un projet novateur « La France en commun », un outil qui met en avant quatre grandes priorités :

L’ennemi, c’est toujours la finance, raison d’être et but du capital

Mettons fin au pouvoir des marchés financiers et à l’évasion fiscale qui s’accaparent les richesses produites et les détournent du bien commun. Créons un grand pôle public bancaire en nationalisant BNP-Paribas et la Société Générale afin de récupérer l’argent pour des projets d’intérêt général.

Un cap : le progrès social

Avec cet argent nous financerons l’amélioration concrète de nos vies et la réduction des inégalités. Investissons massivement dans les services publics et consolidons notre système de protection sociale par la mise à contribution des dividendes. Sécurisons nos emplois par la création d’une sécurité sociale de l’emploi et de la formation dans la foulée de l’abrogation des lois El Khomri et Macron.

Changer la République

Le pouvoir doit être rendu aux citoyens. Nous proposons la suppression du 49-3, la proportionnelle à toutes les élections et un statut de l’élu qui permette de faire entrer à l’Assemblée nationale d’autres citoyens que les notables et leur famille. Les droits des citoyens dans la cité, dans l’entreprise et ceux des femmes doivent être renforcés. La République que nous voulons assurera l’égalité de tous en s’attaquant de front aux discriminations.

Une France de paix

La voix de la France n’est jamais aussi forte que lorsqu’elle défend la paix et la coopération entre les peuples partout dans le monde. La paix est une condition essentielle de notre sécurité. La France doit aussi reprendre la main en Europe pour relever les défis mondiaux qui nous font face.

C’est sur ces bases que nous allons entrer vraiment en campagne sans nous laisser distraire. Nous avons fixé notre cap. Nous avons parfois âprement discuté et confronté. Nous avons voté sans nous déchirer et nous allons maintenant travailler ensemble dans un même mouvement à soutenir et faire voter Jean-Luc Mélenchon, à faire connaître et à faire voter pour nos candidats aux législatives, notre propre projet en main.

Quel que soit le Président élu, nous avons besoin de députés qui combattent la régression et portent les exigences de notre programme.

Dans le concret, nous ferons tout ce que nous pourrons.

Personne ne sera de trop et chacun sera utile à ce qu’il sait le mieux faire :

Cela s’organise à un minimum basique en travaillant collectivement et en s’aidant mutuellement, pour décider d’initiatives, pour réunir les communistes et leurs amis dans les communes, pour diffuser notre programme, pour distribuer, pour coller, pour assurer une présence dans les marchés, pour visite un quartier. Soyons inventifs.

Il faut que nos candidats sachent que nous sommes à leur disposition pour nous inscrire dans leur plan de travail. (et réciproquement)

C’est d’ailleurs avec eux que je termine cette introduction au débat. Ils nous ont fait l’honneur et le plaisir d’avoir répondu à notre invitation. Nous les remercions et je leur propose de se présenter eux-mêmes ensuite nous débattrons et construirons notre activité à venir sur notre territoire du canton de la Presqu’île.

 

Le collectif d’animation Carbon-Blanc 18 janvier 2017

Partager cet article
Repost0